Koh Chang la victoire perdue

22,50

La Thaïlande, pays calme à la population aimable et docile, engagée dans une modernisation à outrance et à qui l’imitation naïve des fascismes en vogue donne des ailes. La « Colonie », ce territoire où la France n’est pas chez elle mais qui est la France, une France d’Asie, lointaine et isolée, qui se nomme encore l’Indochine et n’obéit plus qu’à ses propres règles, palliant son manque de moyens par l’étalage d’un faste comme jamais auparavant l’occasion ne lui en avait été donnée. Une guerre incongrue dans un conflit qui les dépasse.

19 en stock

Description

Rénovation ou Révolution nationale? Un maréchal thaïlandais contre un amiral français. La compétition a-t-elle un sens sous ces cieux écrasés par la chaleur, quand le vieux monde s’écroule sous les coups de boutoir conjugués de l’ordre nouveau hitlérien et du nouvel ordre américain ?

Sous le regard intéressé du prédateur japonais en embuscade ? La Thaïlande, pays calme à la population aimable et docile, engagée dans une modernisation à outrance et à qui l’imitation naïve des fascismes en vogue donne des ailes.

La « Colonie », ce territoire où la France n’est pas chez elle mais qui est la France, une France d’Asie, lointaine et isolée, qui se nomme encore l’Indochine et n’obéit plus qu’à ses propres règles, palliant son manque de moyens par l’étalage d’un faste comme jamais auparavant l’occasion ne lui en avait été donnée. Une guerre incongrue dans un conflit qui les dépasse.

Alors qu’importe qu’une excroissance tropicale improbable ait offert à la Mère patrie sa seule victoire navale flotte contre flotte des deux guerres mondiales réunies.

Ses artisans resteront toujours des pestiférés, aucun navire battant pavillon tricolore ne portera jamais fièrement sur ses flancs le nom de Koh Chang. Dans une époque où les passions ambiguës, flamboyantes dans leur déraison, s’exacerbent, s’exonérant enfin des contraintes communes, la fantaisie et l’excès ne sont-ils pas les derniers repères, l’apogée voluptueux de l’illusion ? Luxe, opium, sexe, domination.

Le destin croisé d’un officier de marine français et de son frère d’adoption thaïlandais quand tous les repères s’inversent.

Né en 1960 à Paris, Eric Miné, après des études à Sciences-Po, travaillera dans la communication en France et en Asie du Sud-Est où il s’établira. Il constate alors la curieuse alchimie qui s’est opérée au fil du temps entre un Extrême-Orient souvent sublimé — qui préserve ses valeurs ancestrales dans la modernité — et une identité française qui n’en finit pas de se chercher. Il s’attache aujourd’hui à définir — en l’illustrant — les contours de cette relation toujours au cœur d’une passion française intime et tenace, malgré les vicissitudes de l’Histoire. Du même auteur : Le Garçon de Vientiane, roman, Soukha éditions

Koh Chang la victoire perdue d’Eric Miné Koh Chang la victoire perdue d’Eric Miné Novembre 2010 272 pages 15 x 21 cm Soukha éditions, Paris ISBN : 978-2-9191-2245-5

Informations complémentaires

Poids 450 g
Dimensions 21 × 15 cm

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Koh Chang la victoire perdue”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.